COMMUNIQUÉ DE PRESSE 15/09/14

 

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Lundi 15 septembre 2014

—-

RÉFORME DU PERMIS DE CONDUIRE :

ET L’ÉLÈVE, DANS TOUT ÇA ?

Alors que le gouvernement cherche les moyens de déréglementer certaines professions dont celle des auto-écoles et réformer l’apprentissage à la conduite, et que des syndicats d’inspecteurs du permis de conduire appellent, en réponse, à une grève à partir du 15 septembre pour défendre ses privilèges, l’UNIC, premier syndicat professionnel représentatif exclusivement dédié aux auto-écoles, s’interroge : à qui doit profiter prioritairement toute réforme ? Sa réponse est sans ambigüité : à l’élève, à sa sécurité et celle des usagers des routes !

Philippe COLOMBANI, président de l’UNIC, veut que le débat soit d’abord resitué : « La seule vraie question qui devrait se poser est : comment faire évoluer le processus d’obtention du permis de conduire qui favorisera le savoir-conduire dans la maîtrise du véhicule et donc la sécurité des personnes, dans un comportement social et environnemental responsable, le tout dans un cadre budgétaire et calendaire raisonné pour l’élève ? En d’autres termes : comment faire du permis de conduire un passeport accessible et crédible pour entrer dans le monde de la conduite raisonnée, qualifiée, sécurisée ? »

La réponse proposée par l’UNIC est : mettre l’élève au cœur de la réforme en faisant du permis de conduire un droit opposable. Parce que, ce qui sera bon pour l’élève sera bon pour la profession ainsi mieux reconnue dans son rôle réel et non dans celui qu’on veut lui faire jouer !

Philippe COLOMBANI insiste : « Nul ne doit être écarté, pour des raisons qui ne lui seraient pas propres, de ce passeport indispensable à la vie d’aujourd’hui et à l’insertion sociale et professionnelle qu’est le permis de conduire. Ce ne sont pas des combats corporatistes d’arrière-garde qui favoriseront la qualité de l’apprentissage et la fluidité de l’obtention de ce précieux sésame. Nous voulons une vraie réforme ? Alors faisons-la, chiche ! ».

L’UNIC appelle donc l’ensemble de la filière – Etat, pouvoirs publics, inspecteurs et professionnels – à se mobiliser en plaçant prioritairement, dans leurs réflexions et leurs échanges, l’élève (mot qui désigne bien souvent le jeune et ceux qui l’aident financièrement) au centre de toute cette réforme, effectivement indispensable à mener. Alors, la refondation du permis de conduire sera profonde et sincère car tournée vers la protection des vies plus que vers celle des droits acquis.

Lors de son congrès national qui se déroulera les 26 et 27 septembre à Clermont-Ferrand, l’UNIC présentera ses propositions pour une réussite durable de la réforme de l’apprentissage à la conduite : « Permis de conduire : donnons priorité à l’élève ! »

Contact presse : Philippe Colombani, président de l’UNIC, 06 67 07 83 86

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire