L’UNIC RECUE EN INTERSYNDICALE À MATIGNON. PAS DE SORTIE DE CRISE EN VUE.

L’UNIC (Union Nationale des Indépendants de la Conduite), branche Éducation Routière de la Fédération Nationale de l’Automobile (FNA) a été reçue en intersyndicale à Matignon ce mardi 9 avril 2019 en présence de la Délégation à la Sécurité Routière (DSR), la DGCCRF et des représentants du Ministère de l’Intérieur.

Le vice-président Thibault Droinet et l’ensemble des organisations professionnelles ont défendu une profession en crise avec un certain nombre de contre-propositions.

Il apparait que le gouvernement entend reprendre l’essentiel des orientations du rapport Dumas-Guérini sur l’avenir de l’éducation routière, malgré les conséquences désastreuses pour la profession et la sécurité routière.

Une réunion qui a mis en lumière le désintérêt du Gouvernement concernant les propositions des représentants des professionnels. Ainsi, le maintien de la territorialité de l’agrément, la proposition d’une formation théorique pratique de remise à niveau ou encore l’attribution des places d’examens liée au nombre de moniteurs n’ont pas été retenues.

Les professionnels ont plaidé pour une équité fiscale, réglementaire et sociale entre tous les acteurs. Pour ce faire, les contrôles doivent concerner également les indépendants qui agissent en toute impunité depuis 4 ans. En outre, les écoles de conduite exigent que le ministère du travail poursuive en justice les plateformes pratiquant le salariat déguisé afin de clarifier l’interprétation de la loi. Ils rappellent qu’il s’agit d’une des iniquités fondamentales liées aux recours aux autoentrepreneurs précarisés et ne cotisant pas, par les plateformes.

Les écueils principaux de la réforme sont en outre maintenus, à savoir la création de candilib (plateforme en ligne d’inscription), le passage du code au Service National Universel au mépris du vrai continuum éducatif et de l’apprentissage anticipé de la conduite ou encore la consécration d’un agrément national. L’UNIC espère que la Cour de Cassation infirmera cette position. La légalisation de l’auto-entreprenariat est semble-t-il acté.

Seules aumônes du gouvernement, les incitations au développement de l’apprentissage sur simulateur qui encourage a priori la formation dans un local et une hypothétique disparition des candidatures libres à terme. Les élèves seraient inscrits via candilib en association avec une l’auto-école de leur choix.

L’UNIC reste mobilisée pour la profession et informera prochainement ses adhérents sur les actions à mener.