C pas moi, C lui M’dam !

  • Protocole or not ? Ce sera niet !

    Suite à une décision administrative, le protocole sanitaire jusqu’à présent en vigueur devrait changer à dater du 6 juillet 2020. Ce nouveau protocole « allégé […]

  • Communiqué de presse

    26 mai 2020 Baisse du nombre d’examens du permis de conduire : Engorgement en vue ! L’Union Nationale des Indépendants de la Conduite (UNIC), branche […]

  • Guide sanitaire spécial auto-école

    Cher-e-s collègues, Nous vivons une période exceptionnelle et inédite dans l’histoire moderne. Nous allons devoir affronter des difficultés économiques, des difficultés sociales et des difficultés […]

  • COMMUNIQUE DE PRESSE

    COMMUNIQUE DE PRESSE Jeudi 30 Avril 2020 — 200.000 Français dans l’attente de permis de conduire !   Si nous estimons en moyenne à 15 […]

Extrait de l’article du Parisien Hauts de Seine du 16/05/2013 d’Adeline DABOVAL

 RISQUES D’EMBOUTEILLAGES DANS LES AUTO-ECOLES

… Deux cent vingt-deux inspecteurs sont dédiés à l’Ile de France. Dans les Hauts de Seine, ils sont en principe 24. «  Nous n’avons pas d’inspecteurs qui restent sur une chaise en attendant que la nuit tombe, se défend la DRIEA Ile de France. Il peut arriver que, ponctuellement, il y ait manque saisonnier avec les nombreuses mutations d’inspecteurs qui aspirent à partir en province. C’est l’une des particularités de l’Ile de France. »…

… Selon la DRIEA, le problème n’est pas tant le nombre de places d’examens ouvertes que le taux de réussite des élèves. «  Les professionnels voudraient plus de places. Mais, elles sont attribuées à chaque auto-école en fonction d’une règle mathématique qui tient compte du taux de réussite. Si elle connaît trop d’échecs effectivement, l’auto-école sera encombrée. C’est un système incitatif qui veut inciter les auto-écoles à présenter des candidats bien préparés. »

 

 

 

 

 

 

La réponse d’un exploitant du 92 :

AUX AGENTS DE LA TOUTE PUISSANTE DRIEA :

Je viens de lire l’article d’Adeline DABOVAL paru le 16 mai 2013 dans le Parisien Hauts de Seine dans lequel on vous cite. 

Comment ne pas réagir à vos propos ?

Comment ne pas se désespérer de vous voir un jour quitter vos fonctions pour aller TRAVAILLER dans le vrai monde ? Le monde des autres gens, ceux qui galèrent, jours après jours, pour sauver ce qui peut encore l’être de leurs emplois, de leurs entreprises. Le monde de ceux qui s’épuisent quotidiennement à chercher des solutions aux PROBLEMES QUE VOUS CREEZ.

A la question portant sur le manque récurrent de places d’examens dans le département, vous n’avez comme réponse que le taux de réussite.

Navrant, petit, mesquin et comme le dirait notre premier ministre, minable !

C’EST VOUS QUI LE FABRIQUEZ CE FAMEUX TAUX DE REUSSITE !!!

Nous pourrions, nous aussi, nous laisser aller à de basses considérations sur le « travail » réalisé par certains IPCSR, la qualité de leur accueil, la pertinence de leur discours, la justesse de leur jugement et pourtant vous ne trouverez jamais ce genre de commentaire de notre part dans la presse…

Donc, pour une fois, pour un instant, soyez honnêtes ! Reconnaissez que notre département, pourtant un des plus riches de la planète, fait face à de grandes difficultés. Nous vous alertons depuis des mois, voire des années sur ces sujets. Nous en débattons ensemble lors de nos réunions. Lors de ces mêmes réunions vous nous avouez votre impuissance. Vous nous faites la démonstration que le système, VOTRE SYSTEME a atteint ses limites.

Alors, comment osez-vous encore tenir ce discours pernicieux, mensonger et diffamatoire ?

Vous ne faites que creuser un peu plus le fossé qui nous sépare. Fossé dans lequel un jour, les usagers que vous méprisez tant vous pousseront. La raison et la vérité ont toujours triomphé quand certains s’accaparent injustement le pouvoir et la puissance. Attendez-vous à ce qu’un jour ces mêmes usagers vous demandent des comptes…

Vous donnez en ces termes une bien triste image de notre profession. A vous lire nous ne serions que de vils « marchands de leçons et d’examens » comme d’autres seraient des marchands de sommeil ou de soupe ! Votre argumentaire ne repose que sur des chiffres que vous façonnez à votre guise. Et quand bien même ce fameux taux de réussite serait LA raison de nos difficultés, adressez-vous aux candidats, expliquez-leur pourquoi ils doivent assumer l’ajournement des candidats précédents. Expliquez-leur pourquoi ils ne peuvent pas passer le permis quand ils le veulent. Expliquez-leur comment et pourquoi vous bafouez leurs droits. Expliquez-leur pourquoi ils n’ont que des obligations et aucun droit face à vous.

Alors de grâce, cessez de vous réfugier derrière un argumentaire usé jusqu’à la corde.

ASSUMEZ VOTRE RESPONSABILITE DANS LA FAILLITE DE VOTRE SYSTEME !

                                                                                  Un exploitant écœuré !

 

Vous aussi, vous voulez réagir? Envoyer nous vos textes, nous les publierons ici !

La presse en parle :

L’Artois. Cliquez ici

 

Cliquez sur l’image

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire