Temps partiel Dépassement des limites relatives aux interruptions d’activité – Dommages-intérêts

  • Protocole or not ? Ce sera niet !

    Suite à une décision administrative, le protocole sanitaire jusqu’à présent en vigueur devrait changer à dater du 6 juillet 2020. Ce nouveau protocole « allégé […]

  • Communiqué de presse

    26 mai 2020 Baisse du nombre d’examens du permis de conduire : Engorgement en vue ! L’Union Nationale des Indépendants de la Conduite (UNIC), branche […]

  • Guide sanitaire spécial auto-école

    Cher-e-s collègues, Nous vivons une période exceptionnelle et inédite dans l’histoire moderne. Nous allons devoir affronter des difficultés économiques, des difficultés sociales et des difficultés […]

  • COMMUNIQUE DE PRESSE

    COMMUNIQUE DE PRESSE Jeudi 30 Avril 2020 — 200.000 Français dans l’attente de permis de conduire !   Si nous estimons en moyenne à 15 […]

Paru dans Liaisons Sociales, N° 20/2013 du 29/01/2013

Si le défaut de respect des dispositions de l’article L. 3123-16 du Code du travail, relatif aux interruptions d’activité, ouvre droit à réparation du préjudice causé au salarié, le dépassement des limites relatives aux interruptions d’activité d’un salarié à temps partiel au cours de la même journée de travail ne peut, en l’absence de dispositions légales ou conventionnelles en ce sens, être assimilé à du temps de travail effectif.

Cass. soc., 12 décembre 2012, n° 11-23.421 FS-PB

La législation sur le travail à temps partiel interdit qu’au cours d’une même journée de travail, l’amplitude horaire comporte plus d’une interruption d’activité ou une interruption supérieure à deux heures. Seul un accord collectif (d’entreprise, d’établissement, de branche étendu ou agréé) peut déroger à ce principe, moyennant contrepartie (C. trav., art. L. 3123-16). Le présent arrêt se prononce pour la première fois sur l’incidence du non-respect de cette limitation. Une salariée dont les horaires au cours d’une même journée étaient les suivants : 13h40-14h05, 16h10-17h30, 20h10-21h10, considérait que l’amplitude de la journée de travail devait, à titre de sanction, être intégralement retenue comme temps de travail effectif à l’exception des deux heures correspondant à l’interruption légale. Elle réclamait le rappel de salaire correspondant. Elle a été déboutée car, pour la Haute juridiction, en l’absence de dispositions conventionnelles en ce sens, le dépassement des limites d’interruption ne peut être assimilé à du travail effectif. Il se résout uniquement par des dommages-intérêts si le salarié démontre qu’il en a subi un préjudice.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire