Code gratuit dans les Lycées

Suite à l’annonce de Madame ROYAL en date du 16 octobre 2012, l’UNIC a réagit avec virulence à ce que nous avons ressenti comme une agression envers la profession. Dès le début de notre action nous avons eu la volonté d’en faire un débat national, la suite nous montre que nous ne nous sommes pas trompés.

L’UNIC a été le seul syndicat à réagir et à adopter une position de refus ferme et déterminée.

AUCUN AUTRE SYNDICAT N’EST MONTÉ AU CRÉNEAU.

C’est donc dans la suite logique de cette réponse à la hauteur de l’agression que Philippe COLOMBANI, Président de l’UNIC, s’est déplacé à la réunion du 19 octobre à POITIERS, réunion entre les organisations professionnelles et les élus du Conseil Régional.
Le déplacement du Président avait pour but :

de montrer la détermination de l’UNIC,
de faire de ce débat un enjeu national,
de montrer que l’UNIC ne se défile pas et que nous sommes prêts à un face à face.
En milieu d’après-midi tombe l’annonce de la venue de Madame ROYAL à la réunion prévue à 16h30, annonce accompagnée d’un commentaire selon lequel elle serait très en colère.

Au même moment les organisations professionnelles se réunissaient pour préparer la réunion, au cours de cet échange l’UNIC a été constamment mis au banc des accusés par les autres organisations qui craignaient la réaction de Ségolène ROYAL.

En un mot ils nous accusent d’agression et d’avoir fait capoter le projet. Sic….

A l’entrée de la réunion le constat est clair : nous sommes seuls face à la dame du Poitou. Très bien c’est dans ces situations que nous nous sentons forts.
Coup de théâtre:

Alors que tout le monde s’attend à une attaque en règle de Ségolène envers l’UNIC, nous entendons un discours d’apaisement, montrant une volonté de calmer le jeu et surtout des engagements. Très rapidement l’échange se réduit à une discussion ferme, mais cordiale, entre Madame ROYAL et le Président de l’UNIC.
Madame ROYAL nous annonce, entre autres, que :

Une expérimentation sera lancée fin janvier 2013 dans les lycées volontaires.
Veut, que les auto-écoles s’y retrouvent et qu’elles ne perdent rien financièrement.
Y voit une valorisation de la profession.
Garantie que le chiffre d’affaire des écoles de conduite ne baissera pas.
Qu’elle poursuivra sa politique d’aide au financement des permis pour les jeunes en CAP et BAC Pro.
Que le partenariat sera gagnant/gagnant.
L’échange entre Philippe COLOMBANI et Ségolène ROYAL montre que la Présidente de la Région ne connait pas les problèmes de la profession et encore moins son fonctionnement …../….

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire